Dans le bureau de… Ludivine Kasteleyn, UX writer chez Pennylane

Dans le bureau de… Ludivine Kasteleyn, UX writer chez Pennylane

image

Dans le bureau de… Ludivine Kasteleyn, UX writer chez Pennylane

💡
« Dans le bureau de… » est notre première série d’articles destinés à vous plonger dans la vraie vie de celles et ceux qui font de l’UX writing et du Content design. UX writers, Content designers, Product marketing managers… mais aussi Product designers et Product managers adeptes de l’approche content-first.
  • Des profils variés qui partagent leur vie (et leur avis) sans filtre
  • Un format portrait en 10 questions + une boîte à outils
  • Du contenu pratique : rituels, ressources, contacts…

« À quoi ressemble le quotidien des UX writers ? »

C’est la question que l’on reçoit le plus souvent.

Alors, pour vous répondre, nous avons joué les petites souris et nous sommes glissées dans le bureau de Ludivine Kasteleyn, UX writer chez Pennylane.

Je suis persuadée qu’apprendre d’autres langues nous permet de mieux comprendre et écrire dans notre propre langue.

Passionnée de langues et mordue de lecture, pour Ludivine, travailler dans le contenu était une évidence.

Comment est-elle devenue UX writer ? Retraçons son parcours avant de démarrer l’interview :

  • Ludivine a mis le pied à l’étrier chez iAdvize, où elle s’est occupée pendant plus de 4 ans de la localisation du produit en anglais et en espagnol, grâce à un premier poste en Content marketing interculturel, puis en tant que International Content coordinator & Localization specialist.
  • Ludivine a continué son bout de chemin professionnel en tant que Content Manager chez Guest Suite pendant 2 ans et demi.
  • C’est en 2022 qu’elle se tourne vers l’UX writing, avec une première expérience chez October. En septembre 2023, elle est recrutée en tant qu’UX writer chez Pennylane — poste qu’elle occupe aujourd’hui.

Tu expliques comment ton job d’UX writer à une personne qui n’y connaît rien (ou presque) ?

À des ami·es qui sont assez éloignés du monde de la tech, je dis : « Tu vois tous les textes dans des applications comme Spotify, Airbnb ou même dans l'application de ta banque ? Eh bien, je suis la personne qui écrit ces textes. Mon rôle consiste à m'assurer que les textes sont utiles, parfaitement compréhensibles et qu'ils te permettent d'agir rapidement. »

Souvent, la même réaction arrive : « Ah mais telle application ne doit pas avoir d'UX writer, parce que vraiment... ». Alors, je prends des notes pour comprendre l'insatisfaction et m'assurer qu'elle ne se reproduise pas dans l’application sur laquelle je travaille !

Tu voulais faire quoi quand tu étais petite ?

Sûrement des rêves partagés par d’autres enfants : d’abord danseuse étoile, puis vétérinaire.

En grandissant, 3 passions m'ont animée :

  • Le sport, grâce à l’inspirante Marie-José Pérec
  • La littérature, grâce aux captivants Amélie Nothomb, Stephen King et J.K. Rowling
  • Les langues, grâce aux voyages scolaires et à mes vacances familiales en Flandres

Je suis naturellement allée vers le contenu et j’ai suivi l’appel de l’international.

J’aime beaucoup la citation de Stephen King : « si vous n’avez pas le temps de lire, vous n’avez pas le temps (ou les outils) d’écrire. »

Comment es-tu devenue UX writer ?

En résumé : grâce à l’entraide de notre communauté et à la fantastique Sarah Setti qui était CPO (Chief Product Officer) chez October !

Plus concrètement : après plusieurs années en Content Marketing, avec la casquette de responsable de la localisation produit, j’ai eu envie de bosser sur le produit. La découverte du terme UX writer sur LinkedIn a été un moment clé.

J’ai lu, beaucoup, encore et encore. Je me suis auto-formée et j’ai contacté Chiara Angori (qui était, à l’époque, UX writer chez Doctolib) et Apolline Rouzé qui avait déjà créé UX Content Craft (ça ne s’invente pas). Elles m’ont confortée dans mon intérêt pour le content design. C’était parti, je me suis lancée dans les entretiens d’embauche !

Sarah Setti m’a fait confiance pour prendre les rênes de l’UX writing chez October. C’était une opportunité très challengeante parce que je devais tout construire de zéro ! Son soutien a renforcé ma confiance en moi, et elle a été un modèle inspirant pour m'aider à m'affirmer.

As-tu des petits rituels en tant qu’UX writer ?

Oui, j’en ai plusieurs, notamment :

  • Les échanges hebdomadaires avec des pairs UX writers et Content designers : on se retrouve régulièrement avec un petit groupe d'UX writers pour apprendre les uns des autres (nos pratiques, nos outils, nos problématiques) et parfois tout simplement râler ou célébrer nos victoires. J’en ressors toujours ultra motivée.

  • Les briefs avant de lancer un projet. Souvent, je fais un point de vive voix avec le ou la Product designer et, parfois, le ou la Product manager pour être sûre qu'on se comprend et que j'ai tous les éléments pour m'intégrer au projet.

  • L'analyse des projets déjà livrés. Lorsque j'ai le temps (soyons réalistes, ce n'est pas tous les jours), je me replonge dans mon tableau de tâches et je regarde les projets déjà lancés. Soit je vais directement vérifier les résultats via un outil, soit je demande à l’équipe où en sont les résultats pour amener la tâche sur la colonne que l’on appelle « Impact révélé ». Ça me permet d'être fière de notre travail collaboratif et de rendre son impact accessible à tous et à toutes.

  • La revue de mes ressources UX writing. Chaque semaine, je prends toujours un moment pour avancer sur une ressource (la créer ou la mettre à jour). Par exemple : je peux créer une nouvelle définition dans notre glossaire, ou encore ajouter une partie accessibilité sur une guideline car j'ai une nouvelle connaissance à mettre en pratique.

Il y a un sujet qui t’a fait galérer (un peu, beaucoup…) mais dont tu as appris en tant qu’UX writer ?

Les connexions DSP2 que j'ai eu l'occasion de croiser et de découvrir chez October et que je continue d'apprivoiser chez Pennylane ! C'est un sujet complexe car il implique des dimensions légale et sécurité à ne pas négliger, tout en devant être présenté comme simple et rassurant pour les utilisateurs et utilisatrices.

→ Qu'est-ce qu’une connexion DSP2 ? C'est une connexion établie entre votre banque et d'autres outils pour présenter vos données bancaires en toute sécurité, en suivant une directive européenne (appelée DSP2 pour « directive sur les services de paiement »). C'est typiquement le type de connexion utilisé par l'application Bankin’ pour centraliser vos données bancaires et vous permettre de mieux les voir à un seul endroit.

Pourquoi ce sujet a été challengeant pour moi ?

1) J’ai du bien comprendre le sujet dans sa globalité et toutes ses dimensions légale, sécurité et technique.

2) J’ai du trouver, en équipe, la meilleure solution design pour rassurer les utilisateurs et les utilisatrices et les inciter à nous faire confiance. Il faut à la fois donner de l'information, mais pas trop non plus, pour ne pas induire de doutes. On a donc bien pensé à la hiérarchie de l'information, à sa pertinence et à sa présentation visuelle.

3) J’ai du m’accorder avec l'ensemble des acteurs autour du projet : Product manager, Product designer, responsables légal et sécurité. Il a parfois été nécessaire de nous appuyer sur des tests utilisateurs pendant la phase de conception et d'en refaire pour valider des solutions. Cela nous a évité de foncer tête baissée dans des réunions à batailler pour nos convictions divergentes.

4) On ne devait pas s'arrêter à la première version. Avec la squad dédiée chez October, nous avons continué à prendre des retours d'expérience suite au lancement pour améliorer la copie du parcours (notamment le bouton d'action au début qui pouvait être amélioré).

Ce que j'en retire ? Ça paraît évident mais avec la précipitation et les échéances, on peut oublier que faire des tests et échanger en équipe sont les fondements d'un projet réussi !

Il y a quoi dans ta boîte à outils pour travailler ou collaborer en tant qu’UX writer ?

Il y a bien sûr Figma : l’outil essentiel à mon travail ! Les squads m’y présentent un projet, pour que je puisse comprendre le contexte du parcours (en plus de l’environnement de pré-production quand c’est possible). J’y travaille en collaboration avec les Product managers et les Product designers - pour poser des questions et pour avancer sur des solutions, et aussi les développeurs - pour mieux comprendre la manière de livrer la solution lors de projets spécifiques, et pour automatiser des éléments ou gérer la localisation du projet.

Il y a Notion, l’outil clé pour m’organiser et documenter mon travail. J’ai un tableau pour que chaque personne sache où j’en suis dans mes projets et puisse me faire des demandes. N’importe qui de l’entreprise y a accès et est libre de m’envoyer une demande. J’y présente également mon métier, son intérêt et des ressources pour mieux le comprendre et permettre aux Product designers d’avoir toutes les clés pour bosser sur le contenu (des recommandations et des templates) lorsque je ne suis pas disponible pour les aider.

J’utilise plusieurs pour analyser les résultats : Amplitude, Screeb ou encore Metabase. C’est essentiel pour comprendre le résultat de mon travail et connaître, avec les squads, l’impact de notre collaboration.

J’utilise Mobbin ou Refero pour faire de la recherche en continu. Ces outils me permettent de faire des benchmarks plus rapidement et de présenter des propositions plus visuelles, pour ainsi mieux collaborer avec les Product managers et Product designers.

Merci.App, Grammarly et l’auto-correction de Figma sont de bons compagnons. L’erreur est humaine et je me relis au maximum, mais je m’appuie sur des outils pour aller plus vite dans cette tâche de relecture et correction.

Je m’aide de l’intelligence artificielle avec Quillbot et ChatGPT pour reformuler plus vite et tester mes formulations initiales. Utiliser ces outils peut permettre d’avoir un premier jet (de définition par exemple) et donc d’avoir une base sur laquelle travailler plus vite. J’aime bien tester aussi 2 ou 3 options et voir celle que l’outil préfère avec un prompt présentant ma cible. Les résultats sont parfois cocasses !

Et enfin, Google Meet. C’est mieux pour collaborer vu que je suis en télétravail complet depuis Nantes.

C’est qui LA personne sur qui tu peux toujours compter pour t’aider ou te challenger ?

J'ai 3 piliers : Camille, Chiara et Florian ! Malgré nos rôles d'UX writers et Content designers au sein d'entreprises et de contextes différents, on se soutient, on évolue et on explore notre métier comme une véritable équipe. C'est ça la communauté UX writing/Content design 🤗

Tu trouves qu’il y a un sujet dont on ne parle pas assez en Content design ?

Je dirais… l’importance des collaborations avec l’équipe tech. On évoque souvent nos interactions avec les Product managers et Product designers, mais les échanges avec les développeurs et développeuses sont souvent laissés de côté.

Je suis convaincue que nous avons beaucoup à apprendre les uns des autres.

En tant qu'UX writer, je peux challenger les développeurs et développeuses sur la manière de présenter les contenus. Par exemple, en explorant des librairies pour garantir le bon formatage et la localisation des contenus. Cette collaboration est clé pour assurer une cohérence décisive.

Aussi, comprendre les contraintes techniques en amont peut m’éviter de proposer des solutions trop idéales en phase de maquettage. J’évite ainsi les changements de dernière minute lorsque les développeurs et développeuses se lancent dans le projet.

Ensemble, nous pouvons trouver des manières de collaborer plus régulièrement pour accélérer la livraison des fonctionnalités.

C’est quoi l’argument que tu avances pour aligner tout le monde sur le contenu UX ?

Quand, sur un projet, on arrive au moment où tout le monde donne son avis, je pose 3 questions :

1️⃣ Est-ce que c'est ce qu'on dirait à l'oral ?

2️⃣ Est-ce que c'est vraiment le vocabulaire qu'utilise notre cible et la manière dont elle l'utilise ? Je m'appuie au maximum sur de la recherche utilisateur.

3️⃣ Est-ce qu'on suit bien nos content guidelines pour assurer la cohérence, la clarté tout en étant concis, utiles et en utilisant un ton conversationnel ?

Un conseil de pro pour une personne qui voudrait se lancer en UX writing/Content design ?

Avant de plonger tête baissée dans les entretiens d'embauche et les formations, n'hésitez pas à contacter des UX writers ou Content designers sur LinkedIn. Nous acceptons très souvent de répondre aux questions et de proposer des conseils sincères sur le métier, l'expérience et les compétences nécessaires !

Merci à Ludivine de s’être prêtée au jeu et d’inaugurer cette série de portraits d’UX writers et Content designers !

Des UX writers que vous aimeriez découvrir ici ? N’hésitez pas à nous suggérer des noms, nous sommes toutes ouïes ☺️

Les ressources conseillées par Ludivine pour progresser en UX writing

Côté livres 📚 

Côté podcasts 🎙️

  • Parler comme jamais, de Binge Audio (par Laélia Véron & Maria Candea)
  • Les mots des autres, du Courrier International
  • Design Journeys, de Gautier Zimmermann, pour apprendre du parcours et des expériences d’autres designers
  • Content Rookie, de Nicole Michaelis, pour se plonger dans les problématiques du contenu sous toutes ses formes (Content strategy, Copywriting, etc.)

Un peu d’exercices ✍️

Côté communautés 💬

  • UX Writers FR, pour explorer des sujets, comprendre le quotidien et les problématiques des UX writers